Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Relations Eglise –justice

3 juin 2016

Les affaires de pédophilie qui secouent l’Eglise étaient au cœur d’une réunion publique, à Chambéry le 30 mai.

Mgr Ballot, le procureur général près la Cour d’appel et les procureurs de Chambéry et d’Albertville ont expliqué le fonctionnement de la justice et la procédure mise en œuvre quand des affaires pénales touchent l’Eglise, des affaires d’autant plus lourdes à gérer sur le plan humain qu’elles touchent à la morale, à l’éthique, à la philosophie, au droit et à la religion. Les (potentielles) victimes constituent le cœur du système. Leur témoignage devant être entendu en premier par la justice, il importe que l’Eglise les dirige immédiatement (ou fasse un signalement) vers le procureur qui diligentera l’enquête. C’est en lien avec lui que l’évêque pourra prendre des mesures conservatoires vis-à-vis de l’auteur présumé des faits. La justice ecclésiale, régie par le Droit canon, intervient après la justice d’Etat. Les associations d’aide aux victimes sont là pour des conseils et un soutien psychologique ; leur rôle est essentiel dans une démarche qui peut se révéler longue et traumatisante. Mgr Ballot milite pour une cellule d’écoute à l’échelle des deux départements savoyards où toutes les personnes blessées par l’attitude d’un prêtre ou d’un acteur pastoral puisse être accueillie, écoutée, accompagnée.

 

<< Go back to list