Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Communiquer pour mieux informer

Retour sur la journée ouverte à celles et ceux qui sont intéressés par l'information et la communication dans leur paroisse, service ou mouvement du 12 Janvier à Myans

Une trentaine de personnes venues de tous les diocèses de Savoie ont partagé leurs expériences et difficultés sur la diffusion de l’information.

La journée a commencé (après un accueil avec un café chaud et un temps de prière) par un tour de table présentant ce qui existe et les attributions en matière de communication pour les participants présents. Ce dernier a permis de découvrir la diversité des possibilités (feuille ou bulletin paroissial(e), journaux paroissiaux, site internet de paroisse, livret de présentation de la paroisse) et les opportunités de certaines paroisses pour informer la société civile (contacts avec la presse locale « civile » (municipale ou régionale)).

Constat a été fait de la nécessité d’avoir un « délégué communication » qui centralise les informations à partir d’un réseau de personnes là où elles sont impliquées. L’expérience de beaucoup montre qu’il faut du temps, de la ténacité pour qu’informer devienne « naturel » et que le réseau fonctionne.

Après le repas à Myans, trois ateliers étaient proposés :
Internet : comment alimenter le site diocésain ?

Journaux paroissiaux : qu’attend-on du fond commun ?

« Les feuilles du dimanche » : améliorer la présentation.

Pour clore la journée, Marie-Dominique de Lalaubie a fait le point sur la communication par rapport au Projet Global de Catéchèse et a rappelé que la communication est un des points à consolider cité dans les réflexions des paroisses lors de la réception du PGDC (voir fiche PGDC : une année de réception du PGDC). 3 points en particulier : la nécessité de communiquer à l’ « interne » entre les différents acteurs sur nos paroisses, à l’ « externe » pour ne pas rester enfermer sur nos communautés et les « initiés » et adopter un langage audible par tous les publics que nous souhaitons « touchés ».

Une journée n’a pas suffi à apporter des éclairages à toutes les questions et difficultés rencontrées sur ce vaste sujet. Mais chacun est reparti avec de nouvelles idées, des moyens (re)découverts… A suivre