Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Les vocations

Témoignage d'André Ngo Minh Tam, séminariste d’origine vietnamienne

Quatrième d’une famille de six enfants, mes parents ainsi que mes deux sœurs et trois frères sont croyants chrétiens et pratiquants. J’ai été servant d’autel de 12 à 18 ans dans ma paroisse d’origine de Lavang. Jusqu’à cet âge, je n’ai jamais pensé à devenir prêtre, mais c’est pendant mes années d’études universitaires, en étant également catéchiste et chez les scouts, que j’ai découvert cet appel de Dieu.
Je pense que cet appel intime du Seigneur s’est dévoilé et s’est réalisé petit à petit en moi, à travers des signes et des événements de ma vie. Je suis alors entré dans un foyer vocationnel avec d’autres jeunes pour discerner ma vocation. Après quatre années d’études, avec une vingtaine d’autres jeunes, je suis entré en année de propédeutique, année pendant laquelle je me suis préparé joyeusement à entrer au séminaire de mon diocèse de Nha Trang
Mais les choses ne vont pas forcément comme on l’espère : le gouvernement vietnamien a imposé à mon ancien évêque, Mgr Paul Nguyen Van Hoa, une liste d’une dizaine de jeunes pour entrer au séminaire en 2003, liste dont je ne faisais pas parti. Comment faire alors pour poursuivre mon cheminement vers le sacerdoce ? Après un an d’attente en vue d’une solution, je suis envoyé par mon évêque en 2005 en France, au séminaire d’Ars pour terminer ma formation.

Les premiers temps en France ne sont pas si faciles pour plusieurs raisons : la langue, le climat, la nourriture, la manière de vivre,…Le découragement ainsi que l’intention de retourner dans mon pays m’habitent, ces difficultés me perturbent parfois mais la foi et la persévérance sont plus fortes. Avec la grâce de Dieu, j’arrive petit à petit à m’intégrer à la vie française. Finalement, après cinq ans d’études à Ars, puis une année de stage à l’Arche, dans la communauté du Sycomore à La Ravoire, la situation n’étant toujours pas favorable pour revenir au Vietnam, le diocèse de Chambéry m’accueille afin que je puisse terminer mon cheminement vers la prêtrise.

Rassemblement diocésain des 6ème à Coise

 

Voila comment je suis arrivé en Savoie début septembre 2011 pour un premier temps d’immersion dans différents lieux pour en découvrir la diversité des réalités : un mois dans l’avant-pays, un mois sur Chambéry, un mois en Tarentaise et un mois en Maurienne, avant de rejoindre ma paroisse d’insertion à Cognin en ce début d’année 2012. Je sais que j’ai encore beaucoup à découvrir pour connaitre ce beau pays savoyard ainsi que les réalités de l’Eglise de Savoie pour la servir le mieux possible. J’espère que l’on pense et prie pour moi, pour que je grandisse sans cesse dans la foi et l’amour, pour que je devienne, un jour, un prêtre « savoyard » simple et humble, tout en restant « vietnamien ».

Merci à l’évêque de Savoie de m’avoir fraternellement reçu comme séminariste, merci à celles et ceux qui m’ont accueilli et accompagné durant mes premiers temps, merci surtout aux jeunes qui m’ont cordialement reçu dans leurs groupes.