Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

La laïcité en question ? Et questions sur la Laïcité !

20 novembre 2015

Retour sur la journée proposée par la formation permanente des chrétiens de Savoie

Quatre jours après les attentats de Paris, c’était l’effervescence salle Garonne à Myans, où se sont retrouvés nombreux, les prêtres, diacres, laïcs en mission et toute personne en responsabilité d’Église, pour une journée de formation autour de la laïcité. Beaucoup de questions se posent, pour le peuple de France et pour les catholiques engagés que nous sommes.
Monsieur Claude Prudhomme historien à l’université Lyon II, professeur d’histoire contemporaine, nous rappelle rapidement comment la laïcité s’est imposée en France. Vous pouvez visionner les vidéos de ses interventions sur le site paroissial de Saintes Marthe et Marie – La Ravoire
Répartis en ateliers avant le temps du repas, l’échange se poursuit dans l’après-midi sur le principe de laïcité dans les funérailles, les entreprises, la santé, les prisons. Parfois avec humour mais souvent en interpellant nos façons de faire, le débat est captivant. Pour l’éducation, la charte sur la laïcité que tous les parents d’élèves doivent signer, s’est imposée face au prosélytisme. Mais elle dit tout et son contraire, on n’interdit pas à un élève ni à un professeur de parler de sa relation avec Dieu, de sa foi. Le lycée Louis Armand à Chambéry permet à des musulmans, chrétiens et juifs de parler, de débattre avec des élèves 2 heures dans l’année. En ce qui concerne les français et la laïcité, cela pose d’autres questions: la laïcité et les musulmans ? Chaque pays n’est pas au même plan sur la sécularisation. Comment vivre ensemble ? Chacun revendique ce qu’il est, comment permettre un dialogue si on exclut le fait religieux ? La liberté individuelle peut amener à l’individualisme, la loi est souple et chacun l’applique à sa façon.
Condamnés à la sécularisation, quelles sont les contributions pour les chrétiens catholiques que nous sommes ? Les évolutions ne se font pas sans renoncement, sans changer la règle du jeu : revoir le calendrier scolaire, travail du dimanche. Pas de radicalisation laïque, pas de religieux porteur de violence, pas d’ignorance du fait religieux, pour permettre de comprendre le monde où l’on vit. Une identité qui fait de nous des enfants de la république française pourrait être le plus petit dénominateur commun et permettre de témoigner de ce que nous sommes en tant que croyant. C’est un impératif, une nécessité absolue, une question de survie pour l’humanité, condamnée au dialogue, au pluralisme, condamnée à inventer des solutions pour vivre ensemble.

Remerciements à Marie-Christine Simond pour l'article et à Michèle Mercier pour les vidéos

 

<< Go back to list